Tribune Libre

guillemets

Groupe PS/MRC

Le 21/10/2019

photo200

STO LAT !

Le 3 septembre 1919 à Varsovie, la France et la Pologne ont signé la convention relative à l’immigration polonaise. 1919 marque le début de ce qu’on appelle le « grand flux ». Ce centenaire, nous souhaitons le fêter comme il se doit au sein de notre commune. N’hésitez donc pas à participer aux différents rendez-vous.

La convention prévoyait le recrutement de travailleurs polonais en réponse au manque de main-d’œuvre au lendemain de la Grande Guerre.

A Bruay, les familles polonaises, comme celles d’autres pays de l’est sont venues pour travailler à la mine. Grace à ce renfort, l’extraction du charbon a permis de redresser la France d’après-guerre.

Cette immigration n’est pas sans rappeler celles plus contemporaines et tant décriées par les extrêmes. Si des dizaines d’années après, l’arrivée de ces familles polonaises est qualifiée d’immigration réussie, celle-ci ne s’est pas faite sans heurt, sans tension, sans expulsion. Par contre elle est un réel espoir quant à la nécessité de vivre ensemble.

Boris Gregorcic, les élus du groupe PS, MRC et apparentés

Groupe communiste

photo200

Pas d’expression actuellement

Pour le groupe communiste Annick Duhamel, Michel Trioux

Groupe RN/RBM

Le 25/10/2019

photo200

La manifestation récente des pompiers a été inédite tant par son ampleur que par la portée des revendications qu’elle porte.

En effet, nous constatons une convergence des revendications portées par les corps intermédiaires: concernant les urgentistes, les aides-soignants, les forces de l’ordre, le constat est identique : la pression exercée sur les professions en contact direct avec la population devient insoutenable, qu’il s’agisse d’interventions dans les quartiers dits sensibles ou de palier à la désertification des services publics dans ce qu’on appelle aujourd’hui les territoires, par opposition aux métropoles.

Ainsi les pompiers sont ceux qu’on appelle lorsque les autres services ne peuvent plus intervenir faute de moyens, avec un nombre d’agression multiplié par 3 entre 2008 et 2017 et un sentiment d’insécurité croissant.

Voici longtemps que le Rassemblement National alerte sur la décomposition de la société française, liée à la dislocation de la matrice républicaine et laïque et à l’immigration de masse. Et pourtant, sous les assauts du communautarisme, les dernières digues sont en passe de sauter.

L’Etat et les départements doivent écouter les propositions corps intermédiaires, comprendre l’urgence de la situation, palier rapidement au manque de moyens. Mais sur le long terme, c’est bien le débat sur l’unité de la nation et des valeurs républicaines qui doit être étudié pour apporter des réponses de fond.

Jérémy Degréaux, Robert Mille Groupe RN/RBM

Groupe EELV & sympathisants 

photo200

Les murs ont des oreilles, les caméras ont des yeux !

Tous les élus du conseil municipal n’ont pas voté le 11 octobre 2019 la pose de caméras : 321 586 € ! 16 caméras annoncées en Janvier 2018, le nombre est passé à 48 ! Un terminal de verbalisation pour un montant de 4734€ a aussi été acté. Pour répondre à un sentiment d’insécurité !

Ce dispositif sera dépassé aussitôt installé, il ne tient pas compte du coût environnemental, de la consommation d’énergie. Nous souhaitons qu’une partie des charges transférées vers l’agglomération (conservatoires, piscine..) soit utilisée pour baisser les impôts locaux et financer les associations qui travaillent à créer du lien social, au lieu d’être intégralement dépensée. Ces investissements sont-ils efficaces ? De nombreuses études ont démontré que la vidéo protection ne réduisait pas les vols, les agressions et les incivilités. (Rapport de L.Mucchielli dans la Gazette 2018)

Les principes d’équité, d’impartialité, ne peuvent pas être respectés lorsque les pouvoirs administratifs, politiques, judiciaires et répressifs sont entre les mains d’un petit groupe d’élus. Une dérive peut porter atteinte à la liberté individuelle et à la vie privée des habitants. (Le tribunal correctionnel de Caen condamne le 2 juillet 2019 le maire de Ouistreham).

Doit-on se substituer au rôle de l’état pour pallier le manque de policiers souvent réquisitionnés contre les manifestants pacifiques qui luttent pour dénoncer le manque d’actions pour se préparer au changement inéluctable du climat ? Les incivilités ont principalement pour origine la consommation d’alcool et de drogue, nous avons besoin de professionnels de santé et non de répression qui est souvent l’aveu d’un échec.

Soutenons les nombreuses initiatives qui mobilisent les citoyens pour lutter contre la précarité et sensibilisent à une autre forme de partage et de responsabilité. L’action politique ne doit pas reposer sur la démagogie !

Marlène Zingiro et Eric Deruy

 guillemets